1451

1451

Plus ancienne mention de la fontaine, daer dmenneken pist (« là où l’enfant fait pipi »), dans un texte administratif relatif au réseau des conduites d’eau alimentant les fontaines publiques bruxelloises.

1572

1572

Plan de Georg Braun et Frans Hogenberg. Première représentation schématique de Manneken-Pis au carrefour des rues du Chêne et de l’Étuve. La fontaine apparaît installée sur la chaussée.

1615

1615

Tableau de Denis van Alsloot représentant la procession de l’Ommegang. Première figuration connue de Manneken-Pis costumé, en berger. Un dessin préparatoire de ce tableau montre la statuette posée sur une colonne et faisant jaillir son eau dans un double bassin. © V&A

1619

1619

Renouvellement de l’aménagement de la fontaine : colonne, bassin et sculpture sont remplacés. Les autorités bruxelloises commandent alors une nouvelle version de Manneken-Pis au sculpteur Jérôme Duquesnoy.

1695

1695

Manneken-Pis est choisi comme porte-parole des Bruxellois par l’auteur d’un texte satirique fustigeant le roi de France Louis XIV qui vient de bombarder Bruxelles. Cette publication est la première à rendre compte de la célébrité acquise par la statuette.

1710

1710

Début 18e siècle : Gravure de Jacques Harrewijn. Première représentation détaillée de la fontaine qui, désormais installée en retrait de la voie publique et protégée par une grille, occupe son emplacement actuel.

1720

1720

Confirmation par un récit de la tradition de l’habillage régulier de Manneken-Pis lors des fêtes rythmant la vie quotidienne des Bruxellois et de l’habitude prise par les étrangers de passage de venir admirer la statuette.

1747

1747

Le roi de France Louis XV décore Manneken-Pis de l’ordre de Saint-Louis et lui offre un habit de gentilhomme pour faire pardonner la tentative de vol de la statuette par ses soldats en garnison à Bruxelles. Ce costume est le plus ancien conservé.

1756

1756

Première nomination connue d’un habilleur pour Manneken-Pis, fonction officielle qui existe toujours aujourd’hui.

1770

1770

Placement de la statuette dans un nouvel ensemble monumental de style rocaille précédemment prévu pour une autre fontaine. Dorénavant, la statuette semble bien petite et il n’est plus possible d’en voir le dos.

1817

1817

Vol de Manneken-Pis. Rapidement retrouvée, la statuette, brisée en onze morceaux, est restaurée et le coupable lourdement condamné.

1824

1824

Publication par l’écrivain français Jacques Collin de Plancy d’une histoire de Manneken-Pis dans laquelle il relate les légendes qui expliquent le choix du thème de la sculpture. Bien que fantaisiste, ce récit sert de base aux nombreux ouvrages consacrés par la suite à la statuette.

1845

1845

Confusion par les historiens belges Alexandre Henne et Alphonse Wauters de la fontaine de Manneken-Pis avec celle du « petit Julien », Julianekensborre, autrefois situées proches l’une de l’autre. Ceci explique pourquoi le prénom de Julien est encore régulièrement donné à Manneken-Pis.

1851

1851

Manneken-Pis devient une fontaine uniquement ornementale. Son eau se déverse désormais dans une vasque rendue inaccessible par une nouvelle grille.

1965

1965

Nouveau vol. Manneken-Pis est brisé en deux : pieds et chevilles restent fixés sur le socle tandis que le haut du corps disparaît. Une copie de la sculpture est placée à la fontaine où elle est toujours aujourd’hui.

1966

1966

Suite à un appel anonyme, la partie de la statuette volée l’année précédente est repêchée dans le canal Bruxelles-Charleroi. Les deux morceaux de la sculpture sont conservés au musée.

1975

1975

Pour le protéger, l’ensemble formé par la statue de Manneken-Pis, la fontaine et la grille est classé par arrêté royal comme monument historique.

2003

2003

La statuette est restaurée.